GRATIEN CANDACE (1873-1953)

1848 - Un patronyme princier ?

mardi 23 janvier 2001 par Dominique Chathuant
Gratien Candace est né en Guadeloupe, au Baillif, dans une famille de cultivateurs. Le patronyme Candace est hérité de l’esclavage. On trouve le nom Kandakè dans les Actes des Apôtres (8 ;27) et dans les écrits du géographe grec Strabon. Bien que le christianisme, la littérature romantique et le public cultivé les aient associées à l’Ethiopie, les dites Candace (Amanishakheto et Amanitere), étaient reines de Méroé. Cependant, outre que le patronyme incite à affirmer une origine servile, il doit être signalé en raison des diverses connections de Candace avec l’Ethiopie : la question coloniale, Joseph Vitalien, les relations franco-italiennes, etc. Dans un récit de voyage de 1935, une collaboratrice des Nouvelles Littéraires écrit sans rire : « Quand on a voulu établir l’état civil, on s’est trouvé en présence de trois catégories : ceux qui avaient un nom à eux, probablement des fils de chefs, comme Candace, dont le nom marque la dignité royale, et ceux qui n’en avaient pas et qui ont pris, ainsi que le faisaient les affranchis, le nom de la famille dont ils dépendaient ». L’idée d’une ascendance royale reste fantaisiste. Comme beaucoup de noms guadeloupéens, Candace est typique de ces noms piochés en 1848 au hasard des livres d’histoire ou de lettres classiques, de la Bible, des dictionnaires et des anagrammes.